Ces messages que le CIEL nous transmet en urgence au travers de ses CHOISIS en nombre, va t-on les mépriser ?
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

L'immensité de l'Univers se trouve dans nos cœurs, nos prières… Les Anges les prennent dans leurs ailes, les mènent à Dieu, en offrant sur l'Autel d'Or JESUS et MARIE qui sont devant le Trône du PERE ETERNEL avec le parfum de nos prières. Et si notre prière est pure et acceptable devant Dieu, le Seigneur envoi tout de suite un ange pour la prendre dans son encensoir et la faire monter comme l'odeur d'encens vers LUI…


Partagez | 
 

 LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Mer 25 Jan - 15:51

APPARITIONS D'ESPIS (environs de Moissac en GIRONDE)....
1944-1950

******************************************************


 LE PETIT GILLES.

******************************************************


Des "apparitions"......

Le 22 août 1946, deux petites filles, Claudine et Nadine Combalbert, gardent leur troupeau d'oies près du bois d'Espis. Soudain, elles voient « une dame vêtue de noir, sa robe est ornée de marguerites, [avec] plusieurs couronnes ».

Un homme de quarante ans voit à son tour, à partir du 31 août, saint Michel et des boules de feu, et des signes dans le ciel.

Le pèlerinage s'organise

------------------------------------------------------------------------


AU CIEL AVEC JESUS........


La Très Sainte Vierge Marie est apparue à Espis, près de Moissac en France à un petit garçon, le petit Gilles BOUHOURS.

"La Sainte Vierge n'est pas morte, Elle est montée au Ciel en corps et en âme" Tel est le message donné à Sa Sainteté PIE XII par Gilles Bouhours âgé de 5 ans le 1er mai 1950.

La tombe de Gilles Bouhours se trouve au cimetière du village de SEILHAN dans le département de la Haute Garonne à 4 kilomètres de Montréjeau sur la route de Saint Bertrand de Comminges.

***

Le 30 septembre 1947, à Arcachon, la famille Bouhours reçoit à son domicile un des voyants d’Espis. Ce jour-là, une « dame en robe blanche, avec un voile jaune sur la tête, apparaît » à leur fils, Gilles (1944-1960), né à Bergerac, guéri d’une méningite encéphalite à la suite d’une neuvaine. Elle lui demande de se rendre à Espis. Le père ne sait où se trouve cette bourgade, et Gilles obtient la réponse : « A côté de Moissac. » Le père amène un des voyants pour le confronter avec Gilles. Il a une apparition ; on fait venir Gilles qui voit aussi. D’autres apparitions s’enchaînent, les 2, 4, 6 octobre.
Gilles se rend à Espis le 13 octobre 1947, où son jeune âge et son assurance limpide l’imposent à l’attention du groupe. De retour à Arcachon, il a de fréquentes apparitions. Il se rend à Espis le 13 février 1948 (le fameux 13 du mois). Il y reviendra chaque mois (non sans apparitions interstitielles chez lui) trente-deux fois jusqu’en août, mais le 13 septembre 1950, ayant appris l’interdiction portée par l’évêque, Mgr de Courrèges, il ne retournera plus au bois d’Espis. Les apparitions continueront chez lui ou à Moissac et Seilhan.
Il demanda alors à voir le pape pour lui remettre un secret. Lors d’une première audience, le 10 décembre 1949, il ne peut s’exprimer. Durant la seconde audience, le 1er mai 1950, il dit à Pie XII son secret : « La Sainte Vierge n’est pas morte, elle est montée au ciel avec son corps et son âme ». Pie XII et son conseiller le père Rosquini en furent très frappés, car le pape, impressionné par l’opinion immortaliste (selon laquelle la Vierge ne serait pas passée par la mort), évita de la définir et s’en tint à dire que la Vierge, « à la fin de sa destinée terrestre, a été prise corps et âme au ciel ».

-------------------------------------------------------------------------

du webmaster :

EVIDEMMENT ! LA VIERGE MARIE EST ALLEE AU CIEL SANS PASSER PAR LA MORT... PUISQUE PAS TOUCHEE PAR LE PECHE ORIGINEL...


Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Lun 2 Déc - 13:41, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Mer 25 Jan - 15:52

SUR : http://www.mariedenazareth.com IL EST DIT :

http://www.mariedenazareth.com/15402.0.html?&L=0

Espis et un anti-pape (France 1946) – jugement négatif
Des "apparitions"
A PART 2 JEUNES FILLES MESSAGERES DU CIEL, on annonce  :
Un homme de quarante ans, que l'enquête canonique dira « maçon, jureur et buveur », clown * voit à son tour, à partir du 31 août, saint Michel et des boules de feu, et des signes dans le ciel. Le pèlerinage s'organise.
"Un pape"
L'abbé Collin, futur antipape sous le nom de Clément XV, vient aux « apparitions »**. L'une des principales voyantes, Paulette, assure le voir « habillé en pape, auprès du Père éternel ». ***
"Les apparitions ne sont pas vraies"  drunken
Dès le 12 décembre 1946, Mgr Théas, évêque du diocèse, écrit à un diocésain, M. Dellac, proche des voyants : « Mon sentiment est très net : les apparitions ne sont pas vraies [...]. Veuillez dire aux "voyants" qu'ils sont victimes d'une illusion. » Suspect  silent
Le 30 avril 1947, l'évêque déclare : « Les apparitions ne sont pas vraies. » Le 4 mai 1947, il publie un jugement négatif. ****
Mais une Eglise parallèle, fondée sous l'appellation d'« Eglise catholique latine », construit une chapelle ; une messe est célébrée le 13 de chaque mois.

N.B. Le "13 de chaque mois" est une référence aux apparitions de Fatima. La publication des deux premiers secrets avait donné lieu à des élucubrations sur le troisième secret, on s'en servait pour soupçonner le pape en place. Mais la révélation du troisième secret de Fatima a balayé ces soupçons.  Shocked


 
...............................................................................................................................................

webmaster :

* les jugements en Eglise de Rome ME FERONT TOUJOURS SOURIRE... OU M'IMPATIENTER... ET IL N'Y A PAS QUE MOI... BIEN SUR....
**NOUS, CE QUI NOUS INTERESSE, C'EST LES MESSAGERS ET SURTOUT LE MESSAGE !!! LES PRIANTS, C'EST SECONDAIRE... POURQUOI CE SITE MET CE DETAIL EN AVANT ???
*** Paulette serait-elle aussi alcoolique ???

****ON EN A VU TELLEMENT D'EVEQUES ET PRETRES SANS DISCERNEMENT !!! Franc-maçons peut-être...ou simplement en obéissance de leurs supérieurs....

POUR LE 3ème vrai SECRET DE FATIMA.... Voir ici :

http://notreperenotremere.forumactif.org/t148p250-giorgio-bongiovanni-un-homme-pas-comme-les-autres-au-service-de-jesus-et-marie

NON... FATIMA... CE N'EST PAS FINI.... un sujet que je traduis depuis le mois de mai 2015...

http://notreperenotremere.forumactif.org/t148p175-giorgio-bongiovanni-un-homme-pas-comme-les-autres-au-service-de-jesus-et-marie

http://notreperenotremere.forumactif.org/t148-giorgio-bongiovanni-un-homme-pas-comme-les-autres-au-service-de-jesus-et-marie


Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 13:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Mer 25 Jan - 16:12




QUE MA JUSTICE RÈGLE LES COMPTES DE CE MONDE !


« Puisque le monde, plus rebelle et mauvais qu’il ne l’était avant le Déluge-même, foule aux pieds Ma Miséricorde pour le pardonner et le sauver, qu’il reçoive alors Ma Justice… C’est fait, J’ai parlé !...

« Mon Clergé Me rejette, Me blasphème, Me crache au visage, Me foule aux pieds et Me traite pirement que ne l’a fait Israël lors de Mon Evangile. Il ne reçoit pas avec plus d’égard et de repentance "Ma Mère", en Ses nombreuses Interventions et Ses Paroles au-delà de toute Miséricorde pour sauver tous : c’est pourquoi, Ma Justice vient régler les comptes de ce monde, où chacun va les Lui rendre selon il les Lui doit. A quoi bon laisser survivre plus longtemps un monde qui n’écoute plus aucun appel pour le ressaisir et le sauver mais ne fait qu’empirer, de pire en pire, à sa perte ?...

« Que Ma Justice règle les comptes de ce monde selon il les Lui doit car Je ne peux plus le supporter sous le poids de tant de révoltes, de simonies, de trafics, de lâchetés, de perversités, de crimes et de désolations hors tous mots et où personne ne veut avoir le courage de réparer et lui confesser sa sinistre Vérité, où bon nombre pourraient encore revenir…

« Ils n’écoutent même plus leur Mère… Tous trafiquent !... Tous sont pleins de bassesses, l’esprit malin les domine. Les meilleurs ne valent rien !... S’ils écoutent la "Vérité", c’est pour La reproduire ensuite selon il leur plaît. Est-ce qu’un Père peut laisser durer longtemps un tel état de chose au sein de Sa Famille, ne Lui apportant plus que des déchirements les plus cruels en même temps que sa perte éternelle, lorsqu’Il l’aime infiniment ?... C’est pourquoi, si le Feu de la "Vérité", de la Lumière et de Ma Miséricorde, rappelant tous au vrai retour de l’Ordre et du Salut de tous, par revenir à la "Véritable Obéissance", ne peut la sauver, que Celui de Ma Justice, de Ma Colère et de Ma Force, remettant en ordre toutes choses tombées aux désordres malgré elles, lorsque Je le décide, fasse alors son Œuvre…

« Un vrai Père, qui aime au-dessus de tout Sa Famille, tient à l’avoir totalement à Lui et dans la meilleure des conditions, si donc elle tombe dans le désordre, Il tient à la ressaisir et à la sauver… et Il mettra tout en œuvre pour que cela soit !... Dieu sauve Sa Famille ! Dieu vient sauver Sa Famille des hommes perdus et cela va être ! Cela n’étant pas possible par les Fleurs, cela va l’être par les pleurs…

Le vrai Père pour mettre l’Ordre Parfait dans Sa Famille, honore d’abord, en premier après Lui, la Mère qu’Il lui donne, exigeant ensuite que tous Ses enfants en fassent autant. C’est pourquoi Je le dis : ils vont tous recommencer par obéir et écouter précieusement et par la plus grande attention présente et formatrice, leur Mère ou ils vont tomber aux chaînes et aux fers des prisons de l’abîme, prendre témoignage par eux-mêmes du prix du triomphe de l’arbre de tous les maux et de la mort qu’ils écoutent et adorent avec le plus fort du feu de leurs passions…

« Ceux qui vont encore mépriser Mon "Intervention Divine" leur apportant Mon Salut, c’est ce compte que Je viens leur appliquer.

« Des enfants qui commencent par rejeter et mépriser leur Mère en Son enseignement salutaire, que valent-ils ?... Que pourra tirer leur Père d’eux ?... Ce qu’ils font à leur Mère, ils le Lui feront de même si déjà ils ne le Lui font !... Quiconque fait le premier des péchés, l’un des plus funestes à la vraie Famille, est prêt à commettre tous les autres de cette même manière se présentant à ses tentations… C’est pourquoi, ils vont enfin obéir à leur vraie Mère et avec la plus grande attention exigée car oui, voici que Je les punis de règle. Même s’il ne doit survivre que le plus petit nombre du vrai exemple fidèle : Je viens les purifier à l’Image de leur Mère, Ma Mère, les fécondant et les formant dans Mon Sang, à l’Image de Dieu.

« Ma Justice du bon Ordre Me l’ordonne : J’envoie à la terrible punition celui qui va continuer à désobéir, en commençant par fouler aux pieds la "précieuse Obéissance" qu’il doit à sa Mère, Ma Mère.

« Ma Justice ne va enlever et protéger de la coupe de Ma Colère, jamais égalée par un autre Temps, que les justes et les enfants de vrais conversion et repentir au vrai Sang de leur Mère, Ma Mère.

« La vraie Purification se fait d’abord dans le Sang et par le Sang de la Mère Parfaite, formant Ses enfants à Son Image : voilà la vraie Famille, la Famille qui console, qui réjouit et loue infiniment le Cœur de Celui qui la féconde… Amen ! Car telle va être Ma Famille purifiée et refaite à Mon Image pour toujours…

« Je suis lassé d’une Famille qui Me fait tous les mépris, tous les crachats, tous les désordres, toutes les révoltes, tous les déchirements, toutes les cruautés, toutes les saletés, toutes les lâchetés, tous les crimes et toutes les abominations possibles… Je ne peux plus supporter une semblable famille d’hommes, qui n’est qu’un enfer en ses affreuses visions de géhenne. Mais J’ai faim !... Et faim infiniment de posséder une vraie Famille d’enfants à Mon "Image la plus Pure", obtenue par Celle de leur Mère M’incarnant… Je le déclare donc, il va en être ainsi de l’Homme acceptant son Salut le plus cher et honorable, où Je vais être enfin glorifié selon Je l’entends être, que la Vierge leur Mère et Ma Mère a prophétisé à tous en Ses dernières Paroles de Son Message de La Salette, quand Elle a dit : "Alors l’eau et le feu purifieront la Terre et consumeront toutes les œuvres de l’orgueil des hommes, et tout sera renouvelé ; Dieu sera enfin servi et glorifié". »



Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Dim 19 Oct - 3:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Mer 25 Jan - 16:51

 HISTORIQUE DES APPARITIONS D'ESPIS

ESPIS





Gilles Bouhours est né le 27 novembre 1944, jour de la fête de la Médaille Miraculeuse.
Ses parents Gabriel Bouhours (né en 1913, plombier quincaillier)et Madeleine Cornilleau (en 1911) auront 5 enfants : Thérèse, (1937) Jean-Claude (1939), Gilles (1941), Marc (1947), Michel (1951).

Les parents sont contraints de déménager plusieurs fois de Bergerac (Dordogne, où Gilles a vu le jour) à Arcachon, de Bouilhe-Preuil (Hautes-Pyrénées) à Moissac (Tarn-et-Garonne), car Madeleine, atteinte par la poliomyélite, devait prendre régulièrement, parmi d’autres traitements, des bains de sable chaud. A partir de 1953, la famille vit à Seilhan (Haute-Garonne), dans la maison surnommée les « Marronniers ».

A l’âge de neuf mois, il est atteint d’une grave maladie d : méningite encéphalite grave. Les médecins consultéssont formels : seule la prière peut sauver l’enfant.


Une religieuse, Petite Sœur des Pauvres, amie de la famille, demande alors à ses parents de placer sous l’oreiller de Gilles deux images :


- une de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus accompagnée d’une petite relique (un morceau de tissu blanc)


- une du père Daniel Brottier (1876-1936), de la Congrégation du Saint-Esprit, ancien missionnaire en Afrique et directeur des Apprentis Orphelins d’Auteuil, à Paris.

Trois nuits se passent sans aucune amélioration. La nuit suivante, les parents, très fatigués, s’assoupissent. Lorsqu’ils se réveillent, Gilles semble respirer normalement. Un miracle s'est produit : la fièvre est tombée sans explication, « une rougeur en forme de “T” était visible sur chaque joue ».

Un autre fait troublant retient toute leur attention : on retrouve l’image du père Brottier intacte, mais celle de sainte Thérèse est comme déchirée. De plus, les deux fils rouges tenant sa relique ont disparu.
Pour Madeleine et Gabriel Bouhours, cela ne fait aucun doute la « petite Thérèse » a demandé avec à Dieu la guérison de leur enfant. Ils font peu de temps après un pèlerinage à Lisieux.

Je me dois également de rapporter que Gilles était aussi bien avec nous ses frères et soeur qu'avec ses camarades d'école, un garçon charmant, serviable et plein d'attentions.
Il était souvent disponible pour tout sacrifice, petit ou grand afin de toujours faire plaisir à la Ste Vierge ou au Petit Jésus (il se privait de bonbons, il aidait à la maison même quand il aurait préféré venir jouer avec nous....)

Gilles était souvent, pour nous, un exemple à suivre tant sur le plan spirituel que dans la vie de tous les jours; il acceptait tout et offrait au Bon Dieu et à la Ste Vierge toutes ses souffrances et en particulier durant la période d'hiver où il avait les mains et le bout des pieds déformés par de très fortes engelures, mais jamais il n'eut un mot pour se plaindre.


Les apparitions



La première apparition a eu lieu le 30 septembre 1947 à Arcachon (Gironde). Gilles n'a que 3 ans. "La Sainte Vierge avait une robe blanche,la tête recouverte d'un voile jaune."

Il dit que Marie lui a demandé de se rendre à Espis où elle apparaîtrait à d’autres jeunes personnes et qu’ensuite Elle ne se montrerait plus qu’à lui seul.

Son père ne connaît pas Espis. Il localise l’endroit sur une carte routière : Espis se trouve près de Moissac.


Gabriel Bouhours veut en avoir le cœur net et se rend à Espis. C’est la première apparition qui a joué un grand rôle dans la vie du « petit Gilles ».

Le 22 août 1946, Claudine et Nadine Combalbert gardent un troupeau d’oies près du bois d’Espis. Elles voient soudainement une « dame vêtue de noir », avec une « robe ornée de marguerites ». Le jour suivant, l’apparition se renouvelle. Une troisième enfant affirme également « voir ». Le 31 août suivant, c'est un homme d’une quarantaine d’années qui affirme également avoir des visions de la Vierge qui lui aurait déclaré « Je suis l’Immaculée Conception. »




Le 30 Septembre au soir cette personne était à la maison et elle voit dans le parc de la maison la Ste Vierge en Notre Dame de Lourdes ; aussitôt papa demande à la personne si il pouvait aller chercher Gilles, Thérèse et moi, afin de vérifier si Gilles voit la même chose. A peine arrivé Gilles seul voit la Ste Vierge et la décrit comme le voyant d'Espis. Pour Gilles qui n'a pas encore trois ans la description de la Ste Vierge est faite avec ses mots à lui à savoir le voile sur la tête sera un capuchon, le bâton qu'Elle tient est en fait est une croix puisque lorsqu'on lui demande de faire voir avec des bouts de bois comment est ce bâton, il prendra deux morceaux de bois et formera une croix en disant"c'est comme ça le bâton", et lorsqu'il dit voir la Ste Vierge fendre l'eau nous pensons qu'il voulait indiquer le geste que devait faire la Ste Vierge pour une bénédiction ou pour présenter la croix.

Le 2 octobre, Gilles a un premier dialogue :
"Tiens. Elle saigne la Sainte Vierge. Tu t'es fait bobo?... Tu as tombé dans les bambous ? Tiens, mon mouchoir. Papa donne ton mouchoir. Viens à côté de moi... Tiens, donne-moi la main... N'aie pas peur... Viens à côté de moi...Papa et maman sont là ! "D'Arcachon en passant par Bouilhe-Pereuil, puis Moissac et à Seilhan (Haute Garonne) où la famille s'installera définitivement Gilles aura une vie comblée de Grâces, d'Amour, de Tendresse du Ciel.

Les 4 et 6 octobre, la Vierge apparaît brièvement à Gilles. Le 13 (Fête de Fatima), il se rend pour la première fois à Espis.

« Oh ! La Sainte Vierge ! » s’écrit-t-il une première fois vers 17 h. L’apparition lui demande d’aller prier en bas du bois, à un endroit où une « source » coulera plus tard. A 18 h 30, Marie se montre une seconde fois à Gilles, entouré d’une trentaine de personnes. La Mère du Christ lui demande de lui « présenter les chapelets pour les bénir » et de prier une dizaine de chapelet pour le Sacré-Coeur.

Le 13 Octobre 1947 premier voyage à Espis.

Gilles verra la Ste Vierge à deux reprises:
- à environ 17 heures la Ste Vierge lui apparaît et lui demande d'aller prier en bas du bois à l'endroit où coulera une source;
le temps de l'apparition sera celui de la récitation d'une dizaine de chapelet.
- puis à 18heure 30 environ alors qu'il ne restait plus qu'une trentaine de personnes qui récitaient l'angélus, la Ste Vierge apparaît à nouveau et demande à Gilles de Lui présenter les chapelets pour les bénir, et la récitation d'une dizaine de chapelet pour le Sacré-cœur, ce que tout le monde fit à genoux à l'exemple de Gilles, l'apparition s'est terminée avec la fin de cette prière.


Le 27 novembre, puis le 13 décembre 1947, Gilles a de brèves apparitions.



Le 18 décembre, il voit une « grande Croix » dans le ciel. Le surlendemain, c’est sainte Thérèse de Lisieux qui lui apparaît. Selon ses propos, elle « lui jette des fleurs ».

Le 13 janvier 1948, à Espis, la Vierge lui apparaît encore à deux reprises et, comme la première fois à cet endroit, Elle lui demande de prier constamment le Sacré-Coeur de son Fils.

Le 8 février 1948, Gilles voit plusieurs « croix dans le ciel ».


Les pèlerins et le clergé prêtent maintenant une grande attention au déroulement des faits.

Le 10 février 1948, la famille Bouhours décide de partir en pèlerinage à Lourdes. Le « petit Gilles » n’a aucune vision dans le sanctuaire. Il constate que les représentations de Marie sont belles, mais infiniment moins que ses apparitions.

Mais dès le lendemain, il voit Marie verser des « larmes de sang », puis, le surlendemain, elle l’embrasse.

Voyage à Espis du 13 février 1948.

En fait ce jour-là Gilles eut plusieurs apparitions.
- D'abord le matin où Gilles voit la Ste Vierge assise à l'endroit de la future source et qui pleure des larmes de sang. Gilles demande alors à papa de l'eau bénite, et ayant eu un peu d'eau au creux de la main, il tend la main et les personnes présentes peuvent voir la petite main de Gilles faire comme si elle essuyait quelque chose;redemandant à nouveau de l'eau bénite, l'opération se répète comme si Gilles essuyait l'autre joue de la Ste Vierge;pendant ce temps les personnes présentes n'ont pas cessé de prier;l'apparition a pris fin quand Gilles eut fini essuyer les larmes de la Ste Vierge. Durant la matinée Gilles eut deux autres apparitions de la Ste Vierge qui se tenait debout et qui a demandé la présentation des chapelets pour les bénir.
- Ensuite l'après-midi, Gilles verra la Ste Vierge qui demandera de faire le chemin de croix en procession, ce qui sera fait avec recueillement par les personnes présentes.

Le 13 mars 1948, Gilles déclare « Elle m’a embrassé la Sainte Vierge, mais moi je ne lui ai pas fait la bise ! »
Durant cette journée, Gilles aura la chance de voir la Ste Vierge à plusieurs reprises:
- d'abord le matin vers 8 heures à la future source mais l'apparition sera de courte durée et sans parole;
- ensuite vers 9 heures à l'autel placé dans le haut du bois et ce pendant une messe dite par un prêtre venu ce jour-là, mais l'apparition ne restera à l'autel qu'un moment, pour ensuite retourner à la future source où elle restera quelques moments permettant à Gilles de prier seul avec la Ste Vierge, puis ce sera le retour à l'autel où la messe est terminée. De toute la matinée Gilles n'aura pas d'autre apparition. 
L'après-midi Gilles aura également deux apparitions:
- l'une vers 14 heures durant laquelle la Ste Vierge demandera à bénir les chapelets et autres objets de piété;
- l'autre aux alentours de 16 heures où la Ste Vierge demandera la récitation du chemin de croix à effectuer en procession. C'est au cours de cette procession que Gilles aura la chance de pouvoir tenir la main de la Ste Vierge qui lui sourit et où, à la fin la Ste Vierge a donné un doux baiser à Gilles qui malheureusement était un peu triste car comme il le dit lui-même:"Elle m'a embrassé la Ste Vierge, mais moi je ne lui ai pas fait la bise. "

Le 13 avril 1948, il voit la Vierge Marie à trois reprises à Espis, puis plusieurs autres fois au cours du mois de mai, en différents endroits dans sa chambre, dans « le ciel », dans le jardin de la maison familiale, etc.

Durant le mois de Mai Gilles sera gratifié de plusieurs apparitions en dehors du bois d'Espis;
-le 5 Mai apparition au cours de laquelle il est demandé à Gilles de poser une question à la Ste Vierge au sujet de la messe célébrée au bois et qui aurait tendance à diviser les pèlerins sur ce sujet. Gilles demandera donc à la Ste Vierge s'il il faut la messe le 13 Mai à Espis. La réponse de Gilles sera la suivante:"Non la Ste Vierge a dit non".
- le 19 Mai courte apparition de la Ste Vierge qui présente une croix à Gilles en la tenant des deux mains;
-le 27 Mai nouvelle et brève apparition
-le 29 Mai apparition de la Ste Vierge qui présente à Gilles à nouveau la croix en même temps que d'autres, nombreuses, tombent du ciel

Voyage à Espis du 13 Mai 1948:



Pendant cette journée, Gilles aura deux apparitions:
-une le matin vers 9 heures où la Ste Vierge demandera les chapelets à bénir ;
-une apparition l'après-midi, en tout début où il verra la Ste Vierge plus belle que les autres fois , entourée de fleurs et particulièrement lumineuse ( "comme éclairée par des ampoules").
Par contre ce jour-là il s'est produit deux guérisons:
-la première une dame de Bordeaux, mère de 4 enfants, qui était condamnée par les médecins car elle était atteinte de cavernes aux poumons et qui avait de grosses difficultés à respirer avec une température de 40 et quelques dixièmes qui, soudain, vers les 12 heures se met à respirer tout à fait normalement, la fièvre avait disparu. Cette dame venue en car de Bordeaux sur une civière est repartie le soir assise comme tout le monde.
-la deuxième une personne atteinte d'une maladie des yeux et qui serait repartie elle aussi en voyant normalement.


Des « pluies de croix » sont décrites par le bambin.

Le 4 juin 1948, Gilles informe sa famille au sujet de l’identité de l’apparition « Sainte Marie, Mère de Dieu ». Et le 10 juin « Sainte Mère des Grâces ».

Le 10 juin Gilles a une apparition au cours de laquelle à la demande de Gilles la Ste Vierge dira se nommer "STE MARIE MERE DE GRACES"; de plus au cours de cette apparition il est demandé si Gilles doit se rendre à Aspic et la réponse fut, à la grande tristesse de Gilles "NON", et Elle a demandée à Gilles de beaucoup prier et de faire des sacrifices.

Le 13 Juin, sans doute pour rester dans l'obéissance vis à vis de Mr le Curé, pas de voyage à Espis, la Ste Vierge en avait également donné l'ordre à Gilles.
Au cours de cette journée où il fut fait de nombreuses prières en union avec les pèlerins d'Espis il n'y eu aucune apparition.

Le 27 Juin, Gilles a une apparition au cours de laquelle la Ste Vierge demande à ce que mes parents écrivent à Monseigneur l'Evêque pour lui dire que Gilles voit la Ste Vierge et demande également de dire à Mr le Curé de réciter le PARCE DOMINE.

Le 2 Juillet, Gilles a également une apparition au cours de laquelle la Ste Vierge lui demande, ainsi que moi-même et à notre petit cousin présent avec nous de prier.

Voyage du 13 Juillet 1948 à Espis avec l'approbation de la Ste Vierge.

Ce 13 Juillet, une apparition très importante dans la matinée.
En effet vers 9 heures Gilles voit la Ste Vierge qui lui demande les chapelets à bénir et qui demande de ne plus dire la messe à Espis.
La demande paraissant particulièrement importante, papa prend Gilles a l'écart, demandant à d'autres personnes présentes de le suivre, et il met Gilles à l'épreuve afin de voir si Gilles ne se contredit pas, mais Gilles restera ferme, disant:"il faut le dire à Mr l'abbé, la Ste Vierge l'a dit". Papa dit alors à Gilles:"fais ce que la Ste Vierge t'a dit de faire. "Gilles part alors en courant à l'autel car le prêtre ne faisait que commencer les prières du bas de l'autel, le tirant par le bord de la chasuble, il lui dit:"Mr l'Abbé faut pas dire la messe, Elle l'a dit la Ste Vierge. "A ce moment l'Abbé voulant continuer renvoie Gilles de la main et Gilles de dire:"il a dit va t’en avec la main Mr l'Abbé" puis il ajoute "faut aller à la source Elle nous attend, Elle y est la Ste Vierge". En effet au dire de Gilles la Ste Vierge est présente à la source et Elle restera un long moment pendant lequel les personnes présentes ne cesseront pas de prier. Ce fut la seule apparition de la matinée.
L'après-midi vers 15h40 Gilles aura une nouvelle apparition au cours de laquelle la Ste Vierge demandera les chapelets et autres objets de piété à bénir.
Le 13 juin 1948 reste une journée sans apparition. Mais la famille, soucieuse d’obéissance aux autorités de l’Eglise, décide de ne pas se rendre à Espis. Gilles en reçut l’ordre de manière intérieure.

Le 24 juin 1948, il dit à sa mère ce formidable mot : « La Sainte Vierge viendra me voir dans le petit jardin, après dimanche. Pas aujourd’hui, elle n’a pas le temps !

-  Que fait-elle ?

-  Pas la soupe, bien sûr ! Elle met des fleurs dans le ciel. »

A partir du 13 juillet 1948, l’apparition demande qu’aucune messe ne soit désormais célébrée à Espis, par obéissance à l’Eglise. Le « petit Gilles » tente de faire passer le message au prêtre officiant : en vain.



Visions bibliques

Le 15 août 1948, Gilles a une vision. Il la décrit avec ses mots imagés : « Je vois comme un gros bouton [la terre] et, au-dessus, une grosse bête, comme un lézard avec une grande queue et des grandes pattes. Pas loin, je vois comme un monsieur avec des plumes dans le dos. »

Sans le savoir, Gilles vient de décrire, l’archange saint Michel et la figure du mal dominant ce monde. Ce jour-là, Marie, vêtue de bleu mais sans voile, lui demande de suivre la procession organisée par les pèlerins d’Espis et de chanter « Chez nous soyez Reine ».

Les semaines qui suivent, la Vierge lui demande « beaucoup de prières ».

Le 13 octobre, l’apparition lui « révèle » les « combats » menés par l’archange saint Michel au bénéfice des âmes.



QUELQU'UN PEUT-IL ALLER NETTOYER LES PANNEAUX ? bounce scratch 

Le 13 décembre, Marie confie un « secret » à Gilles pour le pape, et pour le pape seulement... L’enfant, à qui son père demande des explications, répond : « Elle m’a dit quelque chose. Si je le disais, ce serait deux péchés.


L’année 1949 est riche en événements. Les apparitions se poursuivent à un rythme régulier, soit à Espis, soit ailleurs. La famille Bouhours vit désormais au rythme des manifestations du ciel.

Dans l’esprit du jeune enfant, il n'y a aucun doute : il doit se rendre à Rome où vit celui qui « remplace le petit Jésus sur la terre » [le pape].

Selon les témoignages, l’enfant participe d’une manière remarquable - eu égard à son jeune âge - aux fêtes pascales. Le 13 mai, il voit la Vierge présente le long du chemin de croix et ressent en lui les douleurs vécues par Jésus. Ce jour-là, on lui demande de montrer aux personnes présentes comment l’apparition bénit la foule réunie. Levant la main, avec une rare « majesté », il fait un long et magnifique signe de croix et ajoute « Pas difficile, c’est la Sainte Vierge qui tient ma main ! »



Le 12 juin, il fait sa première communion.

Au cours de l’Eté, Gilles continue d’alléguer apparitions et locutions le 13 de chaque mois, avec deux visions supplémentaires le 15 août.
Le 13 novembre 1949, la Vierge, après avoir demandé de prier pour tous les malades, lui dit : « Petit Gilles, tu dois aller à Rome voir le pape. »
Le message destiné à Pie XII

En décembre 1948, en revenant du bois d'Espis, Gilles dit : "Elle m'a dit quelque chose. Mais si je le disais, ce serait deux pêchés".
En février 1949, Gilles dit à son père : "Je dois aller à Rome pour lui dire que la Sainte Vierge apparaît à Espis".

Le 12 décembre 1949, une première rencontre eut lieu à Rome avec le Saint Père en audience semi-privée. Mais, Gilles ne voulut rien dire car son secret ne devait être révélé qu'à PIE XII et à lui seul, la Sainte Vierge le lui avait demandé.

Pourtant il fallait qu'il accomplisse sa mission. Quatre mois plus tard, lors d'une seconde visite au Vatican, alors qu'il n'avait que 5 ans, il put enfin parler seul à seul en audience privée avec le Pape et lui révéler son secret.
"La Sainte Vierge n'est pas morte, Elle est montée au Ciel en corps et en âme"
C'était la confirmation que le Saint Père avait demandé à la Reine du Ciel avant qu'il ne proclame officiellement le dogme de l'Assomption de la Vierge Marie.

La mission de Gilles est réalisée ici-bas. Cependant, de 1950 à 1958, Gilles va continuer de voir la Vierge à intervalles réguliers. Le 13 mai 1950, il annonce « le 13 juin prochain, je dois avoir une robe blanche. Je devrai marcher les pieds nus, comme le petit Jésus, pour la conversion des pécheurs. » Des clichés photographiques ont immortalisé cet instant.


SEILHAN LE 15 AOUT 1954.

C'est au cours de cette apparition que Gilles demandera à la Ste Vierge:"Ste Vierge, comment vous appelez vous s'il vous plait?" Et la Ste Vierge lui répond:"REINE DU SAUVEUR ". Devant cette réponse, papa demande à Gilles de reposer la question pour voir s'il n'avait pas mal compris et pour confirmer le vocable indiqué. Gilles alors repose la question de la façon suivante:"Ste Vierge, c'est comme çà que vous vous appelez?" Réponse de la Ste Vierge:"Oui Gilles, je M'appelle REINE DU SAUVEUR - PRIEZ POUR NOUS. "La Ste Vierge a demandé à Gilles de le faire savoir à Mr le Curé ce que papa fit aussitôt par courrier ce même jour.
L'apparition aura durée environ 3/4h.


Seilhan le 13 Septembre 1954.

Gilles aura, ce treize, deux apparitions:
-une vers 17h30 alors qu'avec Marc ils récitent le chapelet. La Ste Vierge sera en bleu avec toujours des étoiles sur sa robe et sur son voile, ainsi que sa couronne d'étoiles posée sur sa tête, mais Elle est triste.
-l'autre, le soir vers 21h, pendant la récitation des prières en famille, Elle est en bleu comme le matin mais par contre souriante. Gilles lui demande alors pourquoi Elle était triste le matin? La Ste Vierge lui répond que c'est parce que son papa lui avait fait de la peine, à Elle et à Gilles. En effet le matin papa voulant éprouver Gilles, lui avait dit que le soir nous ne ferions pas la prière ensemble. Gilles avait alors pleuré en se demandant pourquoi papa ne voulait pas venir faire la prière.


SEILHAN ANNEE 1955.


Seilhan le 13 Avril 1955.


Ce jour-là, Gilles aura deux apparitions:
- une le matin vers 11h30 pendant qu'il disait sa petite messe, la Ste Vierge lui apparut tout en bleu, les mains jointes avec des rayons partant de ses mains;
-une dans la soirée, durant la récitation du chapelet, cette apparition était identique à celle du matin.
Durant ces deux apparition la Ste Vierge ne parlera pas à Gilles.


Seilhan le 13 Septembre 1955.


Ce treize, Gilles aura à nouveau deux apparitions comme pour le treize Avril, au cours desquelles la Ste Vierge se présentera en blanc avec de étoiles sur sa robe et son voile et une couronne d'étoiles posée sur la tête, les mains jointes avec des rayons qui partaient de celles-ci. Là encore la Ste Vierge ne parlera pas à Gilles.




Seilhan le 13 Octobre 1955.


Ce treize une seule apparition vers 14h15 pendant la récitation du chapelet. La Ste Vierge sera en bleu toujours avec des rayons qui partaient de ses mains jointes;Elle ne parlera pas à Gilles.


Seilhan le 13 Novembre 1955.

Apparition de la Ste Vierge vers 12h30, pendant la récitation du chapelet. La Ste Vierge se présentera en bleu toujours les mains jointes avec des rayons qui partaient de ses mains. Nouvelle apparition où la Ste Vierge ne parlera pas à Gilles.


Seilhan le 13 Décembre 1955.

Nouvelle apparition de la Ste Vierge à Gilles comme celle du mois précédent, en bleu les mains jointes avec rayons qui partaient de ses mains, Elle ne parle pas à Gilles.er autour de la fenêtre de sa chambre en un gazouillis mélodieux et cela dura quelques instants, suffisamment pour que les personnes présentes autour du lit de Gilles puissent s'en rendre compte pour le rapporter.

SEILHAN ANNEE 1956. 

Seilhan le 13 Avril 1956. 

Apparition de la Ste Vierge à Gilles tout de blanc vêtue et très, très souriante. C'était pendant la récitation du chapelet, mais la Ste Vierge n'a pas parlé à Gilles. 

Seilhan le 13 Mai 1956. 

La Ste Vierge est apparue à Gilles pendant la récitation du chapelet, il était environ 17h, tout de blanc vêtue, souriante, mais moins souriante que le treize précédent Gilles en fut tout triste. 

Seilhan le 13 Juin 1956. 

Apparition de la Ste vierge à Gilles vers 20h15 pendant la récitation du chapelet, Elle était tout de bleu vêtue, très souriante, plus que le treize Mai, ce qui fit plaisir à Gilles et le rendit heureux. Gilles demanda au cours de cette apparition à la Ste Vierge s'il devait faire connaître son Nom, la réponse fut;" PAS ENCORE. "

Seilhan le 13 Juillet 1956. 

Ce jour Gilles aura deux apparitions;
-une vers 20h alors que la famille BERHAULT était présente pour le 3° anniversaire de la guérison de leur fils Georges;
-l'autre vers 22h alors que nous étions en prière. 
Dans les deux apparitions la Ste Vierge était tout de blanc vêtue et très souriante. 

Seilhan le 13 Août 1956. 

Gilles aura ce, treize, une première apparition le matin pendant sa petite messe, la Ste Vierge était tout de bleu vêtue et une deuxième le soir vers 21h30 pendant la récitation du chapelet. 
Durant cette deuxième apparition la Ste Vierge sera également vêtue de bleu. Pendant ces deux apparitions la Ste Vierge ne parlera pas à Gilles. 

Seilhan le 15 Août 1956. 

Vers 16h30 apparition de la Ste Vierge vêtue de blanc pendant la récitation du chapelet. 

Seilhan le 13 Septembre 1956. 

Apparition à Gilles de la Ste Vierge , vers 20h pendant la récitation du chapelet. La Ste Vierge sera tout de bleu vêtue, souriante mais ne parlera pas. 

Seilhan le 13 Octobre 1956. 

Apparition de la Ste Vierge tout de bleu vêtue très souriante, mais ne parlera pas. 

Seilhan le 13 Novembre 1956. 

La Ste Vierge apparaît à Gilles tout de bleu vêtue et souriante. Gilles demande à la Ste Vierge:"Ste Vierge est-ce vrai que vous avez dit LE BRAS DE MON FILS EST SI LOURD QUE JE NE PUIS LE RETENIR?"Réponse de la Ste Vierge devenue triste:"OUI GILLES, MAIS. . . ". Puis la Ste Vierge redevient souriante. L'apparition a duré pendant toute la récitation de deux chapelets et des invocations. 

Seilhan le 13 Décembre 1956. 

La Ste Vierge est apparue à Gilles le soir vers 17h30 pendant la récitation du chapelet, plus souriante que le treize précédent, mais ne lui a pas parlé.
SEILHAN ANNEE 1957.

Seilhan le 13 Janvier 1957.

Apparition de la Ste Vierge le soir vers 19h30 pendant la récitation du chapelet, tout de bleu vêtue et souriante. Durant cette apparition la Ste Vierge ne parlera pas.


Seilhan le 13 Février 1957.

Apparition comme le mois précédent, pendant la récitation du chapelet, vêtue de bleu , souriante, mais Elle ne parlera pas à Gilles.


Seilhan le 13 Mars 1957.

La Ste Vierge est apparue à Gilles vers 19h45 pendant la récitation du chapelet. La Ste Vierge est tout de bleu vêtue , très souriante, avec beaucoup de rayons qui partaient de ses mains jointes.
Au bout de quelques instants, la Ste Vierge est devenue triste et a dit à Gilles:"GILLES JE NE VIENDRAI PLUS TE VOIR. "Gilles lui a demandé si c'était pour toujours, la Ste Vierge lui a répondu:"NON, JE VIENDRAIS QUELQUES FOIS. "Puis la Ste Vierge est redevenue souriante, Elle est restée une 1/2h et avant de partir Elle nous a tous bénis. Gilles était très triste et a sangloté pendant toute l'apparition.


Seilhan le 15 Août 1957.

Le soir vers 19h la Ste Vierge est apparue à Gilles tout de blanc vêtue , souriante et est restée environ une 1/2h pendant toute la récitation du chapelet. Gilles était très heureux.



SEILHAN ANNEES SUIVANTES.

Seilhan le15 Août 1958.

Pendant la prière, Gilles pleure et dit à papa de prier pour qu'il voie la Ste Vierge, car dit-il:"je La sens là et je ne La vois pas!". Nous prions donc pour cela et, quelques instants après, Gilles a une brève apparition de la Ste Vierge toute souriante. Gilles sera alors très heureux.


VISITE MEDICALE DE GILLES A PARIS SUR DEMANDE DE MONSEIGNEUR DE COURREGES.


Monseigneur l'évêque de Montauban, Mgr de COURREGES, fut surpris de la fréquence des apparitions. Ce qu'on lui en disait avait toutes les apparences de la vérité et la totale obéissance de Gilles ainsi que les recommandations de l'apparition prescrivant le respect des décisions de son Excellence l'a beaucoup étonné. C'est pourquoi il a demandé à Mr BOUHOURS de faire examiner Gilles par des médecins pour pouvoir se faire une ligne de conduite dans la prudence conseillée par l'Eglise. Cette visite eut lieu à paris le 18 novembre 1950.
Les examens furent faits par :
- le docteur DELAUNAY médecin des Hôpitaux de Paris;
- le docteur BERGE 110 avenue du Roule à Neuilly sur Seine;
- le Révérend Père BERNAERT rédacteur aux études, 15 rue Monsieur Paris 7° était également présent.

La conclusion de ces examens furent que Gilles était absolument normal, et sa santé tant physique que psychique n'appelait aucun commentaire.


PREMIER VOYAGE .


Ce voyage fut décidé suite à la demande de la Ste Vierge le 13 novembre.
Avant de partir papa est allé voir Mr l'Archiprêtre pour lui indiquer qu'il allait à Rome pour que Gilles rencontre le St Père, ce à quoi Mr l'Archiprêtre a répondu:"Si vous allez à Rome je sais d'avance tout ce qui se passera;tout le monde dira Espis est reconnu, et nous serons obligés de le démentir. De plus vous serez nombreux, le Pape donnera sa bénédiction et ce sera tout. "
Papa resta un moment encore à discuter avec Mr l'Archiprêtre, puis il rentra à la maison et fit le nécessaire pour organiser ce voyage qu'il fera sans en avertir Mr l'Archiprêtre afin de ne pas le gêner, car il avait compris au cours de la conversation que Mr l'Archiprêtre ne souhaitait pas que papa en parle.
Donc papa et Gilles partirent pour Rome. Arrivés sur place papa rencontrera le Révérend Père SOUARA du séminaire français et lui demandera de faire les demandes d'audience, qui furent obtenues pour le samedi 10 Décembre à midi.
Entre temps, Gilles sera reçu par différentes hautes personnalités religieuses de Rome, qui l'ont interrogé et lui ont posé diverses questions:
-"La Ste Vierge a son chapelet à ses pieds?
Réponse:"Non Elle le met pas à ses pieds, Elle le met à son bras. . pas celui du diable mais celui-là! et il faisait voir son bras droit.
Autre exemple:
-"Je sais ce que tu vas dire au Pape".
Réponse:"Vous ne le savez pas!. . . . Dites-le!"
Et la personne de dire:
-"Tu lui diras de changer de chaussures et de mettre des blanches;"
Gilles de répondre:
-"La Ste Vierge ne s'occupe pas des chaussures du Pape".
Autre exemple:
-"La Ste Vierge a-t-Elle du rouge au lèvres?"
Réponse:
-"Elle n'a pas besoin de s'en mettre, Elle est assez belle comme ça. . . C'est pour les dames qui ne sont pas belles le rouge!"Et Gilles de rajouter:"Vous êtes méchants, vous savez bien que la Ste Vierge est belle!"
A Monseigneur GILLET . qui lui disait:"Dis-moi, Gilles, que faut-il faire pour voir la Ste Vierge?. . je voudrais bien La voir. "
Gilles répondra:"Il ne faut pas manger de soupe pour rester petit comme moi. . et vous La verrez!"

Donc le samedi papa et Gilles arrivent au vatican où, après de nombreuses vérifications des billets d'audience, ils sont introduits dans une grande salle et rangés par groupes. Puis c'est l'entrée du St Père qui donne sa bénédiction à toute la foule présente. Puis Il s'avance par groupe et arrivant à Gilles, mademoiselle X. . qui avait accompagné papa et Gilles les présenta au St Père, surtout Gilles en lui faisant part des apparitions de Gilles . Le St Père se baisse alors vers Gilles, lui fait baiser son anneau et parle à Gilles qui ne semble pas du tout émotionné. Gilles dit:"St Père, je vois la Ste Vierge. Elle est belle, tout en blanc et Elle m'a dit des secrets que je ne dois dire qu'à vous seul!"
Le St Père reprend:"Tu as des secrets, mon petit. . . Tu as des secrets. . . " et ils échangent quelques mots et dit à Gilles:
"Je te donne ma bénédiction toutes mes bénédictions". Puis il se tourne vers papa avec qui il échange quelques mots , papa lui résumant les apparitions de Gilles , le St Père donne alors une médaille à Gilles qui en est très content, mais qui devient triste, car le St Père s'éloignant, il n'a pas eu le temps de donner ses secrets au Pape. L'audience terminée, alors que le St Père s'en va vers une autre salle où il a une audience publique, Gilles court vers le St Père, mais il est arrêté par des gardes;il leurs dit:"j'ai des secrets, il faut que je les dise au Pape. "Mais hélas rien ni fera et Gilles rentrera à Moissac sans avoir pu donner ses secrets au St Père.
A son retour à Moissac papa préviendra Mr l'Archiprêtre et Monseigneur de Courrèges de son voyage à Rome de façon à ce qu'ils ne l'apprennent pas par d'autres personnes.


Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Lun 3 Nov - 14:44, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 27 Juil - 20:49




DEUXIEME VOYAGE A ROME.

Arrivés à Rome le vendredi vers 7h du matin, papa et Gilles se rendent à la basilique Ste Marie Majeure pour se confesser et communier. Ensuite par téléphone il contacte Mr C. . . qui les conduit chez des religieuses, qui les hébergeront pendant le temps passé à Rome et qui ne voudront aucune rétribution pour les onze jours passés à Rome. Papa fait les demandes d'audience nécessaire et le dimanche 30 avril dans la matinée un coup de téléphone du vatican prévient que Gilles sera reçu seul par le St Père le lendemain 1er Mai à 11h.

Le lendemain 1er Mai, alors que toutes les formalités nécessaires à cette entrevue ont été arrêtées par le St Père , papa et Gilles accompagnés de Mr C. . et de sœur Anna se rendent au vatican. Ils demandent à l'entrée des bureaux pour retirer les convocations pour l'audience. Dès que papa, Gilles, Mr C. . . et sœur Anna sont introduits, un secrétaire les reçoit et, contrairement aux habitudes, il ne leurs donne pas de billet d'audience et précise que seul Gilles et son papa seront reçus.
Les personnes qui accompagnaient papa et Gilles sont alors déçues. Papa et Gilles attendent ainsi dans une salle jusqu'à 11h30, puis un monsieur vient les chercher et après avoir traversé différentes salles et salons, ils sont introduit dans une salle où se trouvent déjà 4 groupes de personnes. Là deux prélats qui accompagnent le St Père les reçoivent quand celui-ci arrive. Tout le monde se met à genoux puis ces messieurs font signe de se relever et le St Père passe ainsi parler avec chaque groupe, leur donne sa bénédiction et chaque groupe se retire. Puis quand tous les groupes se sont retirés, le St Père vient vers papa et Gilles, qui se mettent à genoux, le St Père les bénit et leur donne son anneau à baiser. Un des prélat dit alors à papa de mettre Gilles debout sur une chaise afin qu'il soit à la hauteur du St Père et ensuite demande à papa de quitter la salle avec tous ces messieurs afin que le Pape reste seul avec Gilles. A la fin de l'entretien qui dura environ 5 à 6 minutes, papa est de nouveau introduit auprès du St Père et papa peut ainsi parler brièvement avec Lui et propose au Pape une photo modèle carte postale représentant la statue de la Ste Vierge telle que Gilles La voyait. Le St Père accepte avec joie et garde la photo avec Lui, puis Il leur donne sa bénédiction en ajoutant :"que Dieu vous bénisse". Après quoi, Gilles et papa quittent la salle pour retrouver sœur Anna et Mr C. . . qui les attendaient dans une salle où le St Père devait donner une audience publique, à la suite de laquelle ils quittèrent le vatican.

Extrait d'un article signé :GAETANO FABIANI, paru
dans le journal"GIORNALE D'ITALIA", le samedi 10 Juin
1950 et intitulé:

UN PETIT FRANCAIS DE 5 ANS A PARLE AU PAPE.


Si vous allez au collège St Alessio Falconieri et demandez à parler au Père ROSCHINI, soyez certain que vous ne serez pas reçu. De nombreux journalistes le savent déjà par expérience.
En effet le Père Gabriel ROSCHINI, "Qualificateur" du Saint Office et "Consulteur" de la Congrégation des Rites, le plus grand "mariologue" du temps présent, est chargé d'écrire et de publier au plus vite un bref essai qui puisse apaiser les esprits, en éclairant les problèmes épineux et relatifs à la définition du dogme de l'ASSOMPTION.
La publication qui sera offerte au Pape traitera"en passant" d'une nouvelle sensationnelle qui a mis de hauts prélats dans l'embarras et a fait du bruit au Vatican.
Dernièrement, est venu à Rome, accompagné de son père, un petit français de 5 ans qui voit la Ste Vierge, depuis un an et demi. Il s'appelle Gilles BOUHOURS. Il a révélé au Pape qui l'a reçu en audience particulière (exactement le 1er Mai 1950) un "secret" que la Ste Vierge lui aurait donné la mission de communiquer au Souverain Pontife.

Le petit Gilles a dit au Pape:

"LA SAINTE VIERGE N'EST PAS MORTE;ELLE EST MONTEE AU CIEL AVEC SON CORPS ET SON AME".

Et il s'est mis à chanter le "Parce Domine" pour la conversion des pécheurs.

La Ste Vierge m'apparaît chaque mois , le 13 , dans le bois d'ESPIS".

(Mr Gaetano FABIANI ajoute):

Je posai une dernière question au Père ROSCHINI sur le secret de la Ste Vierge révélé au Pape par le petit garçon français. Le Père ROSCHINI resta un instant silencieux puis après une pose prolongée, déclara, les dents serrées:

"Oui, c'est vrai. . . c'est bien vrai. Cet enfant s'appelle Gilles BOUHOURS, du diocèse de MONTAUBAN, et il est récemment venu à Rome avec son père. Je sais qu'il a été reçu par le Pape;mais je ne sais quelle impression a produit sur le Souverain Pontife le secret. Moi-même j'avais cherché à deviner le secret de la Ste Vierge en parlant à l'enfant, avant l'audience pontificale. Mais j'avais trouvé toujours le petit Gilles "hermétiquement fermé". Et bien d'autres personnes n'eurent pas plus de succès que moi. Il se défendait en disant que la Ste Vierge lui avait commandé de le dire d'abord et avant qui que ce soit , au Pape. Et le petit Gilles a fait ainsi. Puis après l'audience, il me l'a révélé ainsi qu'à d'autres personnes. . . . . . "

NOTE DU TRADUCTEUR

Le Pape aurait demandé à la Ste Vierge un "signe" pour savoir s'il devait , au cours de l'Année Sainte, proclamer le dogme de l'Assomption. Dans certains milieux du Vatican, on croit que la révélation du secret" apporté au Pape par le petit Gilles aurait été regardée par le Souverain Pontife comme le "signe" demandé. De fait, le Pape s'est décidé à proclamer le dogme de l'Assomption de Marie quelques mois après, à la toussaint 1950. Dans le texte de la Définition, il n'a pas fait allusion au "secret" révélé par l'enfant;une révélation privée ne pouvant pas servir de base à une vérité dogmatique officiellement définie comme article de Foi. Mais l'opinion du R. P. ROSCHINI est pour l'immortalité de la Ste Vierge, ainsi que le prouve la suite de l'interview obtenu du Révérend par Mr FABIANI.

(Suite de l'article de Gaetano FABIANI:)

Pour le P. ROSCHINI, la preuve la plus convaincante de l'Assomption corporelle de Marie est son Immaculée Conception.

Si la Ste Vierge dit le P. ROSCHINI, a été Immaculée (comme c'est de Foi ), c'est à dire préservée, dans sa conception, de la faute originelle, qui est la cause de la mort, Elle a dû aussi être nécessairement soustraite à l'empire de la mort, châtiment du péché, et par suite, être élevée au Ciel en corps et en âme, sans passer par la mort. Il y a donc entre l'Immaculée Conception et l'Assomption une liaison intime et nécessaire, au point que l'on peut dire:Elevée au ciel(Assumpta) parce que Immaculée.

Par suite , les mêmes arguments, tant scripturaires que traditionnels, qui prouvent l'Immaculée Conception, prouvent aussi l'Assomption corporelle de Marie au Ciel.

La question de la mort de Marie étant très délicate, quelques-uns, tant anciens que modernes, en ont douté ou l'ont niée tout à fait.

Mais cette incertitude ne porte aucun préjudice à la définition du dogme, puisque l'Assomption se limite essentiellement à la présence de la Vierge au Ciel, glorifiée aussi bien dans son corps que dans son âme et en laissant de côté la question de savoir si Elle est morte et ressuscitée ou si Elle est montée au Ciel encore Vivante.

Personnellement , déclare le savant "mariologue", je pense que le Souverain Pontife n'étendra pas sa Définition à la mort de la Ste Vierge et qu'Il laissera cette question à la libre discussion des théologiens.

En fait, le nombre s'accroît de ceux qui, s'appuyant sur de sérieuses raisons, s'orientent vers l'immortalité de la Très Sainte Vierge.

Dans le présent ordre des choses, la mort, en effet, est comme une punition de la faute, faute due au péché originel ou personnelle, commise par nous, ou faute des autres assumée par le Christ. La Vierge aurait pu mourir pour la faute des autres, puisqu'Elle était pure de toute faute personnelle et de la faute originelle, et mourir ainsi pour la Rédemption . Mais la Rédemption était déjà accomplie au temps de la mort présumée de la Ste Vierge.

PAR SUITE , conclut le Père ROSCHINI, JE NE VOIS PAS LA RAISON POUR LAQUELLE LA SAINTE VIERGE AURAIT DU MOURIR. . .

GAETANO FABIANO

"La Sainte Vierge n'est pas morte, Elle est montée au Ciel en corps et en âme"
Tel est le message donné à Sa Sainteté PIE XII par Gilles Bouhours âgé de 5 ans le 1er mai 1950.




"oui, Gilles, tu peux dire : Reine du Sauveur, priez pour nous".
le 11 octobre 1954, par son Encyclique : "Ad Coeli Regnum" S.S. PIE XII proclamait la Royauté Universelle de Marie.

Intercession de Gilles auprès de Marie


La mort de Gilles

Gilles partit rejoindre sa Maman du Ciel le 26 février 1960. Il n'a que 15 ans.

Cette mort fut assez subite puisque elle emporta Gilles en 48 heures, mort dont là encore, les différents médecins ne purent donner la cause (crise d'urémie pour certains, crise d'asthme pour d'autres mais aucune explication précise).

Il convient de mentionner qu'à l'instant où Gilles rendait son âme à Dieu, une nuée d'oiseaux de toutes sortes sont venus volet

Il a rejoint la maison du Père éternel le 26 février 1960. Depuis lors, les témoignages de grâce se sont multipliés. Ils seraient trop nombreux à citer. Certains ont qualifié de « puissante » l'intercession du petit Gilles en son éternité. De nombreux cas de conversion ont été notés. Puis le temps a passé, faisant quelque peu oublier dans la mémoire collective toutes ces interventions merveilleuses, tellement extérieures à notre monde, mais radicalement si proches.

Le cas de Gilles est exemplaire à plus d'un titre. Il illustre bien le statut thologique non officiel des révélations privées dans l'Eglise et dans la vie de Foi. Ces révélations « particulières » ne sont jamais de nature dogmatiques (Pie XII fait allusion au « secret » de Gilles dans le texte de la déclaration du Dogme de l'Assomption): elles ne complètent ni ne remplacent la Révélation Biblique, achevée à la mort du dernier Apôtre, mais peuvent, le cas échéant, en dire, en refléter ou en éclairer un aspect à une époque donnée, en faveur d'une communaué particulière (ou non) de fidèles.
La tombe de Gilles se trouve au cimetière de SEILHAN dans le département de la Haute Garonne à 4 kilomètres de Montréjeau sur la route de Saint Bertrand de Comminges.

*************************************************************************************

Prière au Petit Gilles

Cher petit Gilles, dans ton éternité, daigne écouter les demandes que t'adressent tes parents et amis de la terre : 
ô toi qui as tant désiré être Prêtre, pour « mettre Jésus dans les Hosties » et devenir missionnaire de la Sainte Vierge...
O toi, le tout petit ambassadeur, envoyé par la Sainte Vierge, auprès du Pape Pie XII pour lui convier le « secret » de la glorieuse immortalité de son corps virginal... 
O toi, que la Maman du Ciel a embrassé ici-bas, et a qui tu as rendu son doux baiser... 
O Toi qui as reçu les confidences que celle qui fut nommée par toi la « Reine du Sauveur »... 
O toi, qui a vu des rayons d'or s'écoulant de ses mains jointes... Nous te demandons de supplier la Toute-Puissante et Immaculée Reine du monde de laisser descendre sur nous un rayon de Sa Miséricordieuse Bonté. 

Voici la grâce spéciale que tu voudras bien solliciter pour nous ( nommer la grâce désirée) 

Ce sera peut-être un vrai « miracle », mais ta prière, qui en a déjà obtenu sur la terre, ne doit-elle pas maintenant être irrésistible sur les Cœurs de Jésus et de Marie? 

Petit Gilles, nous avons confiance en toi! Amen.

La tombe de Gilles se trouve au cimetière du village de SEILHAN dans le département de la Haute Garonne à 4 kilomètres de Montréjeau sur la route de Saint Bertrand de Comminges.


:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Avant de confier au Petit Gilles, "son petit ange de la terre", la pureté même, ce secret à porter au Pape Pie XII, "qu'elle était montée au Ciel avec son corps et son âme", la Sainte Vierge avait déjà confié ce même secret qui avait déjà été porté à Pie XII. Elle l'avait confiée au pire des pécheurs, un communiste de retour de la guerre d'Espagne qui avait acheté un poignard pour tuer le Pape, et sur le manche duquel ce Bruno Cornacchiola avait gravé : poignard pour tuer le Pape.

Après sa conversion avec ses trois enfants au Trois Fontaines près de Rome, cet homme brutal porta son secret au Pape et il lui offrit aussi son poignard...




LA VIERGE DE LA REVELATION
A "TROIS FONTAINES" A ROME

C'était en 1947, le 12 avril, un samedi. Le soleil de l'après-midi fait des ricochets à travers le feuillage des eucalyptus sur cette place ombreuse qui sert de parvis à l'abbaye des Trappistes, au lieu-dit des "Trois Fontaines", à Rome. La nature tressaille en éclats de bourgeons après cet- te période hivernale. C'est la veille de Quasimodo. Le paysage avoisinant se présente en une pittoresque et harmonieuse fusion d'aspects divers: vastes étendues réservées aux troupeaux, champs exposés au soleil, zones couvertes de maquis impénétrables, d'où émergent çà et là des terrains découverts et rocheux. Arrivé avec ses trois enfants, Bruno Cornacchiola s'assied sur un bout de mur à l'orée du petit bois. Il pense: "C'est justement un endroit qui me va! " Le but initialement choisi pour sa promenade était, en réalité, la plage d'Ostie, mais au moment où il atteignait la station avec les enfants, le train était déjà parti. Alors, n'ayant aucune envie de rester là plus d'une heure à attendre le prochain train, il s'était dirigé vers ces parages. Au bout d'un moment, il appelle les enfants qui s'étaient éloignés : "Gianfranco, Carlo, Isola, vous pouvez jouer à la balle, mais ne vous éloignez pas trop. Moi, je reste ici pour réfléchir et écrire sur le sujet que je me suis donné. "

Et voilà les enfants partis avec des cris de joie, se faufilant entre les arbres qui les cachent par instants. Le sujet que l'homme, devenu protestant, est sur le point de développer, est un article dirigé contre la Vierge Marie. L'article doit être violent et arrogant, tout en restant convaincant pour le public. Il avait emmené un porte-documents et une Bible. La feuille se couvre tout de suite des premiers jets de venin où grouillent surtout des négations, entre autres celles des privilèges que Dieu a voulu accorder à sa Mère.

"Elle n'est pas vierge, elle n'est pas immaculée, elle n'est pas montée au ciel..."

Dans l'intervalle, des voix l'interpellent. Celle des enfants qui crient:

"Papa, nous avons perdu la balle, aide-nous à la chercher! "

Il se lève, et comme il a rencontré Carlo, l'aîné, il se joint à lui pour explorer le terrain. Isola s'écarte et cueille des fleurs. Gianfranco va s'asseoir à une certaine distance pour lire une brochure.

"Carlo et moi -ainsi commence le récit de Bruno Cornacchiola - nous descendîmes le terrain escarpé qui aboutissait à la via Laurentina, espérant y trouver la balle, mais nous ne la vîmes pas. Voulant m'assurer que le cadet ne s'était pas éloigné de l'endroit que je lui avais indiqué, je l'appelai et il me répondit. Mais à un moment donné, je ne l'entendis plus et j'eus beau élever la voix, je n'obtins aucune réponse. Pris de soucis, je remontai la pente vers les buissons proches de la grotte où j'avais laissé Gianfranco, mais je ne le vis pas. Aussi, criai-je encore plus fort: Gianfranco, où est-tu ? En vain. Avec une préoccupation croissante, je fouillai fébrilement les buissons et les roches et je finis par trouver l'enfant agenouillé à l'entrée d'une grotte, sur la gauche pour qui la regarde. Il avait les mains jointes comme s'il priait, et il regardait vers l'intérieur avec une vive attention, souriant et balbutiant quelque chose. Je m'approchai encore un peu et je l'entendis distinctement:

- Belle Dame!... Belle Dame!...

- Qu'est-ce que tu dis, Gianfranco ? lui demandai-je.

- Que fais-tu ? ...


Je croyais qu'il s'agissait d'un jeu d'enfants, puisque personne chez nous ne lui avait enseigné, à lui qui n'était pas baptisé, cette attitude de prière. Alors j'appelai: "Isola, descends, explique-moi quelque chose! " Elle m'obéit et...

- Qu'y a-t-il là-dedans ? demandai-je. Et toi, tu ne vois rien ?

- Non papa, répondit-elle, et en même temps, elle aussi tomba à genoux à la droite de son petit frère. Les fleurs lui tombèrent des mains, alors que son regard se fixait sur l'intérieur de la grotte. Elle aussi balbutiait à mi-voix:

- Belle Dame!... Belle Dame!...

Moi, au comble de l'énervement, continue Bruno Cornacchiola, je me demandais quel pouvait être le motif de cette étrange conduite de mes enfants qui, à genoux, regardaient avec enchantement vers l'intérieur de la caverne, en répétant les mêmes mots.

J'eus l'idée d'appeler Carlo, toujours en train de chercher la balle et...

- Toi aussi, viens ici et explique-moi ce que font tes frère et soeur dans cette étrange position...

C'est peut-être vous qui avez préparé ce jeu ?

- Mais qu'est-ce que tu racontes, me fit-il observer, de quel jeu parles-tu ? ...Je ne le connais pas, et je ne sais pas y jouer !

Ces mots à peine dits, Carlo tomba à genoux à son tour, à la droite d'Isola, les mains jointes et les yeux fixés vers un point qui le fascinait à l'intérieur de la grotte, en répétant les mêmes mots: "Belle Dame! "

- C'en est trop!, m'écriai-je, toi aussi tu te moques de moi!

Je n'en pouvais plus et je lui commandai:

- Carlo, sors de là!

Et, comme il ne bougeait pas, je cherchai à le soulever, mais je n'y parvint pas. On aurait dit du plomb. Alors, je pris peur. En tremblant, je m'approchai de la petite:

- Isola, l'invitai-je, lève-toi, ne fais pas comme Carlo!

Elle ne répondit pas. J'essayai de la déplacer mais je n'y arrivai pas. Ce que je vis me remplit de terreur: cette dilatation des pupilles de mes enfants en extase et la pâleur de leurs visages. Alors j'embrassai le cadet et lui dis:

- Allons! lève-toi! Est-ce possible que mes bras soient sans forces ? Et à ce moment, je m'exclamai:

- Mais qu'est-ce qui se passe ici ? y aurait-il dans cette grotte des sorcières ou quelque diable ?

Puis, instinctivement, je criai:

- Qui que tu sois, même un curé, sors d'ici ! Et je pénétrai dans l'antre, bien décidé à cogner sur l'étrange personnage, mais la grotte était vide. Or, c'était, écrit le P. Milana, l'heure de la revanche maternelle de Marie, prise de compassion à l'égard de ce fils si dévoyé.

A peu de distance de cet endroit, au pied de la colline s'élève la basilique Saint-Paul. C'est en ce lieu que Paul, le persécuteur des chrétiens sous le nom de Saul, devenu l'apôtre des nations après l'apparition du Christ, fut martyrisé sous Néron. Sa tête tranchée par l'épée et tombée à terre, fit trois rebonds et fit sourdre miraculeusement trois sources d'eau. Voilà pourquoi le lieu-dit fut appelé "Trois sources ou Trois Fontaines". Bruno Cornacchiola, un autre persécuteur de l'Église, arrivé dans le voisinage de l'endroit où l'apôtre avait été martyrisé, allait être appelé à devenir un défenseur de l'Évangile, par Marie, la Mère qu'il s'apprêtait à insulter, le jour consacré à Elle, le samedi de l'octave de Pâques. Encore un dessein mystérieux de l'Amour divin! Un jour viendra, et on peut même dire qu'il est venu, où une foule de croyants accourra ici de partout, présentant, par l'ardeur des supplications et la solennité des cantiques, l'image fidèle d'une communauté en route vers le Père. Agité comme jamais, Bruno Cornacchiola entre dans la grotte, située au niveau du sol, pour découvrir qui pouvait bien exercer cette mystérieuse attraction sur ses enfants. Et à sa grande surprise pourtant, il ne trouve que la roche nue et blanchâtre. Il sort, en proie au désespoir, et sanglotant, il lève les bras et les yeux vers le ciel et crie :

" Mon Dieu, sois notre Sauveur! "

Plus tard, il précise: "Et voici que je vis inopinément deux mains toutes blanches en mouvement vers moi et les sentis m'effleurer le visage. J'eus la sensation qu'on m'arrachait quelque chose des yeux. J'éprouvai en cet instant une douleur certaine et je restais dans l'obscurité la plus profonde..."

Mais, peu à peu, le noir s'atténua et laissa filtrer une légère lumière qui grandit et s'intensifia au point d'illuminer toute la grotte. Et Bruno Cornacchiola continue:

"A ce moment-là, je ne voyais plus ni la cavité, ni ce qu'elle pouvait contenir, mais je fus saisi d'une joie extraordinaire."

En cet instant de mystérieux désarroi qui le soulève de terre vers les merveilleux parvis de l'éternité, en son point le plus lumineux, il est ravi par la vision d'un visage juvénile de femme, enveloppé dans la splendeur d'une lumière dorée, régulière et doucement statique.

Bruno la fixe avec une soudaine passion, vaincu par la fascination d'une telle beauté, attiré par cette lumière qui, malgré toute l'intensité qu'elle irradie, ne lui fait pas mal aux yeux, mais l'inonde d'une douceur surhumaine. Encore inconscient de tout ce qui se passe, il ignore que ses pupilles de pauvre mortel sont sur le point de voir la Reine du Ciel qui l'avait choisi, précisément lui, pour transmettre aux hommes un message de prière et de pénitence.

Elle est vêtue d'une tunique incomparablement blanche et lumineuse, serrée aux hanches par une ceinture d'étoffe rose dont les deux extrémités descendent à la hauteur des genoux. Elle a des cheveux noirs et ressortant un peu du voile vert-des-prés qui la recouvre des épaules jusqu'aux pieds, avec la noblesse d'un manteau royal. Au bas de la robe apparaissent les pieds, nus et virginaux, posés sur un bloc de tuf également environné de lumière. Dans sa main droite elle tient contre sa poitrine un livre de couleur grise sur lequel elle pose l'autre main.

La vision a déjà créé un enivrant état d'extase dans l'esprit étonné de Bruno, mais c'est surtout le visage admirable de cette créature qui fascine les yeux et le coeur.

C'est, pourrait-on dire, un visage sur lequel brille en une merveilleuse harmonie la fusion de toutes les beautés de la vie humaine: l'innocente candeur de l'enfance, le charme et la grâce de la virginité, la gravité majestueuse de la sublime maternité. Et c'est bien ce qu'en dira plus tard Bruno Cornacchiola:

"Celui qui a éprouvé cette exceptionnelle joie de contempler une si céleste beauté ne peut plus qu'aspirer à la mort pour pouvoir jouir à jamais d'un si grand bonheur ..."

Ce visage, même sous ses traits humains, semble consister en une lumière rayonnante de sagesse infinie et de vertu sans limites. Et dans sa description, le voyant continue: "Je vis que la belle Dame bougeait lentement la main gauche pour montrer quelque chose qui se trouvait à ses pieds. Je regardai et vis, à terre, un drap noir avec une croix brisée."

Bruno Cornacchiola pensa plus tard que ce drap noir, semblable à un vêtement déchiré, et la croix brisée, constituaient un symbole de l'habit religieux souvent abandonné avec tout autre signe distinctif par de nombreux prêtres et religieux.

"Ma première impulsion, observa-t-il encore, fut de lancer un cri, mais ma voix s'éteignit dans ma gorge."

Et voici que l'apparition, faisant le geste d'offrir le livre qu'elle tenait en main, dit d'un ton ineffablement doux:

"Je suis Celle qui est dans la divine Trinité. Je suis la VIERGE DE LA RÉVÉLATION. Tu me persécutes; arrête maintenant! Entre dans le troupeau élu, cour céleste sur la Terre. La promesse de Dieu est, et reste immuable: les neuf vendredis du Sacré-Coeur que tu as observés pour faire plaisir à ta fidèle épouse avant de suivre le chemin de l'erreur t'ont sauvé!"


A ces mots, Bruno en a le souffle coupé et, après l'effarouchement du début, il est inondé d'une félicité qui n'est pas d'ici-bas. Entre temps, l'espace ambiant s'inonde d'un parfum mystérieux et indéfinissable qui annihile les odeurs nauséabondes provenant du sol.

Après s'être ainsi présentée, la céleste Dame tient un discours prolongé à ce fils qui va retourner à Dieu, discours dont une partie s'adresse à lui-même et à tous les fidèles tandis que l'autre comporte un secret pour le Saint-Père. Puis elle continue:

"Je désire te donner une preuve certaine de la divine réalité de notre rencontre, afin que tu puisses en exclure toute autre motivation, y compris une possible astuce de l'ennemi infernal. Et ce signe, le voici: quand tu rencontreras un prêtre dans l'église ou en chemin, approche-toi de lui et adresse-lui cette parole: "Mon Père, j'ai à vous parler!" S'il te répond: 'Ave Maria, que veux-tu, mon fils?", prie-le de t'écouter, car ce sera celui que j'aurai choisi. Tu lui feras part de ce que ton coeur te dira, et obéis-lui, car il t'indiquera un autre prêtre par ces mots: "C'est celui qu'il te faut pour ton cas." Tu te rendras ensuite chez le Saint-Père, le Pasteur suprême de la chrétienté, et tu lui remettras personnellement mon message. Quelqu'un que Je t'indiquerai, te conduira chez le Pape. Parmi ceux qui t'entendront raconter cette vision, il y en aura qui ne te croiront pas, mais ne te laisse pas décourager... "

Puis, sereinement, après avoir montré sa maternelle bienveillance et exprimé son regret de partir, la belle Dame fait demi-tour et, lentement, avec son manteau vert, elle s'éloigne vers Saint-Pierre. Bruno reste là un moment encore, figé dans l'extase...

Le regard miséricordieux de la Vierge s'était abaissé sur sa misère pour devenir son guide, sa force et sa consolation.

Un théologien dominicain, le P. Cordovani, affirme que le titre de "Vierge de la Révélation" n'est pas seulement nouveau et merveilleux, mais aussi hautement théologique, car il confirme tous les privilèges que l'Église a attribués à Marie depuis des siècles en se fondant sur la Parole révélée. Et d'autre part - c'est Bruno Cornacchiola qui le confirme '- la Très Sainte Vierge Marie a été pour moi une éducatrice insurpassable qui ne s'est pas contentée de m'installer dans une solide culture catéchistique, mais m'a aidé également à devenir son témoin.

Ce qui explique pourquoi Elle lui dit, après lui avoir souri doucement en signe de salut:

"Tu me persécutes. Arrête maintenant! Entre dans le troupeau élu, cour céleste sur la Terre. "

Ce fut donc, pour Bruno, l'indication de l'unique voie de salut, celle dont il s'était écarté: l'Église catholique, apostolique, romaine. Avec l'aide des ministres de cette institution authentique, voulue par le Christ, sa confusion intérieure, de même que tout orgueil et toute obstination devaient tomber et il devait commencer à marcher résolument sur les chemins de la Vérité. Et, de même que la lumière peut frapper une personne sans la blesser, ou la rosée féconder la terre sans la labourer, cette exceptionnelle apparition lui aura éclairé l'intellect et raffermi la volonté tout en respectant absolument les traits de son propre caractère. Son tempérament si explosif demeurera, mais en se transformant en une fougue avec laquelle il défendra les valeurs de la pastorale évangélique.

Pour achever sa transformation et parvenir à ce stade, il reconnaîtra, avant tout, sa situation de péché, et il s'adressera à Elle, l'Immaculée, qui a vu le terrible visage du mal sur le corps ensanglanté de son Fils au Golgotha, pour obtenir le pardon et la force pour l'avenir.

Voilà pourquoi la Vierge demande avec insistance à tous la prière et invite à la récitation du Saint Rosaire.

"Qu'on prie beaucoup et qu'on récite le Rosaire quotidien pour la conversion des pécheurs, des incrédules et pour l'unité des chrétiens. Les Ave Maria que vous dites avec foi et amour sont autant de flèches d'or qui rejoignent le Coeur de Jésus. "

Le Mère de l'Église, espérance et espoir de salut pour le monde entier recommande donc des intentions particulières pour lesquelles il faut prier: la conversion des pécheurs et des incroyants, l'unité des chrétiens. Il est vrai que toute prière va au Christ, unique Médiateur, mais Marie est fontaine de grâce, parce qu'Elle est la Mère de la grâce divine. Quand un enfant veut embrasser son père, celui-ci peut s'incliner vers lui et le prendre dans ses bras, mais si l'enfant demande à la maman de le soulever jusqu'à la face de son père, l'affection de l'enfant pour son père n'en est pas diminuée pour autant.

Lorsque nous sommes devant Notre-Dame, nous sommes comme des petits auprès de leur mère, et en la priant, nous lui demandons de nous aider à nous approcher de Jésus. Puisque la prière est, dit-on, une arme qui assure toujours la victoire, pourquoi donc ne prierait-on pas pour tous ceux qui sont affligés d'une infirmité spirituelle et pour les frères séparés, afin que l'on arrive un jour à cette unité tant désirée dans une seule et même Église ?

Et voici que, comme récompense pour ceux qui écouteront son message maternel, la Vierge promet des faveurs célestes :

"Avec cette terre de péché, j'opérerai de prodigieux miracles pour la conversion des incroyants. "

De même qu'à l'approche des eaux de la piscine de Lourdes, ainsi, au toucher de cette terre, qui a été sanctifiée par la présence de la Mère de Dieu, se produisent des prodiges physiques et moraux. Mais les plus grands miracles qui ont lieu ici, sont d'ordre spirituel:



"S'il nous était donné, dit le cardinal Gerlier, de fixer sur le papier une partie seulement des sentiments et des résolutions spirituelles que la Sainte Vierge a fait exprimer aux milliers de coeurs qui, en ces quelques années, ont palpité devant la grille de la Grotte du Miracle, nous aurions le mérite d'avoir écrit de belles pages à la gloire de la Mère de Dieu. Mais il est tout aussi bon que les secrets de la grâce restent cachés, enveloppés bien jalousement du silence le plus respectueux."

Dans sa bonté Elle veut aussi révéler son Fils dans les mystères de sa vie intime, liée à l'Auguste Trinité:

"Mon corps ne pouvait se décomposer et il ne se décomposa pas. Mon Fils et les anges sont venus me prendre au moment de mon trépas. "

Aux Trois Fontaines donc, Notre-Dame fait savourer

à l'avance au fils prodigue un message consolant, devançant la promulgation du dogme de son Assomption. Et tandis que le Pape Pie IX reçut de la Grotte de Massabielle, quatre ans après sa proclamation, la plus haute confirmation du dogme de l'Immaculée Conception, c'est quatre ans avant sa définition que le dogme de l'Assomption fut confirmé par la Vierge elle-même à un tramelot romain.

Le corps et l'âme revêtus simultanément de gloire, c'est une plénitude de perfection qu'aucun élu n'a connue sinon Marie.

L'âme sans le corps n'est pas complète dans sa nature humaine. L'élément qui permet à l'être humain d'avoir des rapports normaux avec le monde cosmique et avec les autres êtres humains, c'est le corps.

Par son corps glorieux, Marie, en personne et directement. est apte à se mettre en contact avec nous et avec le monde. D'où ses fréquentes apparitions et ses nombreuses interventions miraculeuses, extraordinaires certes, mais n'exigeant pas toujours, nécessairement, l'intervention de la puissance créatrice de Dieu pour les réaliser.

En fonction de cette capacité de présence physique, nous reconnaissons que la Vierge est plus proche de nous et qu'en la priant, nous retrouverons aussi en Elle la véracité de ce qu'affirmait Bruno Cornacchiola:

"Qui trouve Marie, trouve Jésus: la Voie, la Vérité, la Vie. Il trouve la vie et la grâce dans l'Église du Salut, le Corps Mystique du Christ, et y trouve aussi la Mère de l'Église."

********************************************************************************



Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Dim 19 Oct - 3:51, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 10 Aoû - 14:23

UNE BIEN BELLE IMAGE DE MARIE COREDEMPTRICE !flower

Rendons grâce à DIEU  pour tout cet AMOUR PARTAGE DANS LA JOIE SON RETOUR SUR TERRE...

LE BONHEUR EST A NOTRE PORTE DEJA...

ALLELUIA...




***************************************************************************

"En contemplant cette image de MARIE, notre âme reçoit, en vérité, en vérité, en vérité je vous le dit : votre âme reçoit l'amoureuse brise parfumée qui jaillit du cœur du Lys de Marie, voyez sur cette image, le Lys,  le Lys de la prophétie de Marie-Julie Jahenny en son Roi Henry V de la Croix qui ne sera pas roi comme nous l'entendons, le Lys c'est aussi Jésus en sa nouvelle venue.

La sainte-Messe, voilà aussi le plus beau trésor par lequel le Lys se fait nourriture pour nos âmes assoiffées de la Miséricorde dont le monde à tant besoin."



**********************************************************************************


cheers sunny cheers sunny cheers sunny cheers sunny cheers sunny


C'est ainsi que la VIERGE MARIE est apparue à Marthe ROBIN...


*********************************************************************************

La Sainte Chapelle du Petit-Gilles, Chapelle des apparitions et du grand message d'Espis.













Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 14:07, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Mer 14 Aoû - 14:23



LES LARMES DE LA VIERGE MARIE

LA FIN DU MONDE A VENIR ET LA CROIX SUR LE TEMPS QUI VIENT.....

C'EST LA PROPHETIE DE FATIMA QUI S'ACCOMPLIT COMPLETEMENT :



"A LA FIN MON COEUR IMMACULE TRIOMPHERA "



Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 14:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:16





Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 14:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:26

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:27

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:28

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:46

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:47

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 20:50

BONNE NOUVELLE.... LES PANNEAUX ONT ETE NETTOYES !...





http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/apparitions-mariales-et-ovnis-4.html



Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 14:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Jeu 29 Aoû - 21:12

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Dim 1 Sep - 2:01

UN BEAU CADEAU POUR LA FETE DE TOUS LES GILLES : FETE LE 1er SEPTEMBRE....



Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Dim 1 Sep - 23:03



EGLISE DE SEILHAN
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Dim 1 Sep - 23:06



CIMETIERE DE SEILHAN
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Ven 4 Oct - 14:51

UN AUTRE GILLES... ST GILLES DU GARD dit, un des 12 intercesseurs...



Habitant dans la région proche de ST GILLES DU GARD sur les chemins de Compostelle en lien avec ARLES, les gens affluaient au moyen âge en ce lieu où une abbatiale s'était construite... Sa construction commença par de véritables chefs d'oeuvre de sculpteurs initié à l'art religieux de haut niveau... Mais, l'engorgement du Rhone et la fin des CROISADES fit que ST GILLES perdit en prospérité au profit de MARSEILLE... Très touristique, elle attire encore bien des pélérins... La fête de St GILLES est au 1er septembre de chaque année...

A L'ILE BOUCHARD, en vendée, LA VIERGE MARIE est apparue à 5 petites filles... dans une église dédiée à  ST GILLES...



le webmaster Ange Gabriel :
ST GILLES est intercédé pour moi dès les années 1977-1980... Et avant chaque pélérinage, j'avais pour habitude d'aller prier sur sa tombe qui a été redécouverte dans la crypte suite à un songe du prêtre de la paroisse du moment... J'ai exécuté plusieurs travaux dans cette abbatiale en tant que santonnière... A la demande du PRETRE : 1 CRECHE pour l'église, 1 COURONNE remplaçant celle tombée de NOTRE DAME DES VICTOIRES... que j'ai reposé sur sa tête en montant sur une échelle haute... et ce St Gilles de 1 m, habillé et sa biche assez ressemblant avec celui du tableau...

Histoire de ST GILLES



facade de l'abbatiale de St Gilles du Gard

Détail de la facade de l'Abbatiale dont les sculpteurs étaient des MAITRES D'OEUVRE EXPERTS DANS L'ART DE LA SCULPTURE DES CATHEDRALES



LE BAISER DE JUDAS



Histoire de cette couronne :

Le curé de la paroisse pour Pâques décide comme chaque année de placer un drap blanc sur la vierge, car le tabernacle est en dessous.... ABBERATION DES MODIFICATIONS DE VATICAN II... Le TABERNACLE DEVRAIT ETRE AU COEUR DE L'EGLISE... ICI ENCORE, IL EST SUR UN COTE... GAUCHE, CETTE FOIS !!!bounce 

LA GRANDE CRECHE AVAIT BRULE A NOEL DANS CETTE ABBATIALE... Ce n'était pas la première fois...

LA VIERGE A EUT CHAUD... ! Quand il a fallut enlever le drap après les fêtes, la couronne est partie avec !!!

Une amie me téléphone et m'annonce que la VIERGE n'a plus sa couronne !!! Je me rends à l'église et vois le curé affairé sur son harmonium... Je lui propose de la refaire au mieux... Je lui demande les mesures qu'il ne me donne pas... Il ne me croit pas capable de le faire où il a peur de la note... Qu'importe, je mets la photo de cette vierge devant moi et me lance dans cette entreprise... Par 3 fois, je dois recommencer... A la 3ème, c'est la bonne... Mais entre temps, je m'offre un accident à la fête de Ste MARIE MADELEINE... Ayant les cheveux longs, alors que je travaille sur mes activités santonnières avec ma perceuse, mes cheveux s'enroulent autour de la mèche... J'ai arraché une partie de ceux-ci jusqu'aux racines... Le médecin est venu, suite à cet incident et m'a dit que c'était un miracle si je n'étais pas plus esquintée... Les cheveux... çà repousse... ! Ma couronne sous le bras, j'ai eu droit à monter sur une échelle haute tenue par notre curé timide et à installer avec élègance sur la jolie tête de NOTRE DAME...
Et pour finir, j'ai rassuré notre curé ! C'était gratuit... Cela ne m'a pas empêché d'avoir une belle grâce... De l'argile offert pour travailler et une grosse commande de crêche...

Merci Marie !

le webmaster

http://pasperdus.canalblog.com/archives/2008/11/02/11202310.html

http://viatolosana.free.fr/pat/vt_pat02_stgilles.php




Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 17:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Ven 4 Oct - 14:53




La légende de saint Gilles
D’après Guillaume de Berneville

Depuis trois ans qu'il était au désert, ne faisant qu'adorer Dieu, croire en lui et le servir, Gilles n'avait jamais vu un homme et n'en avait entendu. Il n'avait plus mangé depuis quelque mille jours ni pain, ni viande, ni poisson, ne vivant que de racines et, par gourmandise peut-être, de cresson. Mais tant vont les choses pour ceux qui se mortifient, qu'à la fin la santé défaille, les forces disparaissent et la maladie guette : à ce point en était donc Gilles, qui ne se sentait guère bien portant.
Or, écoutez le joli miracle que Dieu fit pour son serviteur. Un jour qu'il était dans sa cabane de feuillages, priant selon 1'ordinaire, l'ermite entendit du bruit dans les fourrés et il vit devant lui paraître une biche sauvage qui, sans crainte, s'avançait vers lui. Elle était étrangement belle, beige clair et le regard d'une exquise douceur. Ses pis étaient pleins de lait. Comme Gilles, en silence, la regardait approcher, la biche entra dans la logette et se coucha à ses pieds, comme pour lui signifier qu'elle s'offrait à le servir. Et Gilles, à qui les intentions du Seigneur étaient toujours assez claires, comprit que Dieu la lui envoyait.
Et voici comment la biche miraculeuse servit l'ermite affaibli. Pour lui rendre des forces, fallait-il mieux que le lait ? Chaque jour, elle courait la campagne paissant les prés : quand venait l'heure de dîner point n'était besoin que Gilles l'appelât, car elle savait parfaitement l'heure et rentrait d'elle-même auprès de son ami. Gilles lui avait fait une logette de feuillages près de la sienne afin qu'elle fût protégée du froid de la nuit. Et cela dura de longs mois, peut-être des années, sans que quiconque d'humain connût cette histoire, hormis le Seigneur, qui connaît tout.
Or, en ce temps-là, le maître du pays était Flovent duc de Provence et de Gascogne, prince puissant, qui était soumis au Grand Charles, alors roi de France. C'était un homme fort courtois, élevé à la française, honnête chrétien et bon chevalier. II n'avait qu'une passion au monde, la chasse, et son équipage était des plus beaux. C'était merveille de voir ses éperviers, ses vautours, ses gerfauts, et les chiens de sa meute, limiers, mâtins et lévriers. Il n'était point d'exemple que cette meute, une fois lancée, eût abandonné la poursuite, et 1'on ne comptait plus les cerfs, les daims, les chevreuils et les biches qui avaient été mangés à sa table, sans compter maintes autres bêtes sauvages. Ses terres allaient jusqu'au bord du Rhône, à l'endroit où il est le plus large, non loin de la vieille ville d'Arles, où le grand saint Césaire enseigna. Aussi quand, poursuivis par les chiens, les animaux étaient arrêtés par le fleuve, bien rares étaient ceux qui avaient chance d'échapper.
C'est au temps de l’Avent que vient la saison de chasser la biche. Flovent était à Montpellier, et, pour distraire ses vassaux et leur plaire, il les invita tous à une grande chasse, les plus petits comme les plus hauts. Levé de bon matin, il partit donc avec deux meutes et toute la vaste cavalcade de ses hôtes. Des deux meutes la moins bonne prit deux cerfs et la meilleure en a pris quatre.  Mais c'était une biche  que voulait  le duc Flovent et de n'en point trouver il commençait à se mettre en colère quand son veneur  lui signala  la plus belle,  la plus élégante  des biches que jamais la Camargue eût vues... Et tout l'équipage de courir après elle.
Cris des veneurs ! abois des chiens ! Par le bois et par la plaine, on galope à plein étrier. Mais où est la biche ? Plus de biche ! Les uns croient 1'avoir vue qui s'engageait dans une petite combe à l'impénétrable fourré, mais sa disparition a été si rapide que les autres opinent qu'elle a bien pu s'envoler au ciel.
Qui est bien marri ? Le veneur. Nombreuse est l'assistance au château ; les beaux valets vêtus de vair, d'hermine, de ciglaton et de pourpre servent un magnifique repas. « Ah, veneur, s'écrie le duc en se moquant, vous chassez donc la biche de nuit que vous rentrez si tard ? Et sans prise, n'est-ce pas ? je le vois à votre mine ! » « Sire, répond le chasseur, que demain Dieu me damne si je ne rapporte pas la tête de cette bête ! »
Mais le lendemain, à grands sons de cor, quand la chasse fut repartie, quand les chiens eurent repris le vent de la biche, quand on l'eut encore trois grandes heures pourchassée, ne voilà-t-il pas que le même mystère recommence ! Elle était là, la jolie tête blonde, et brusquement, elle n'est plus là. Où donc est-elle ? Sorcellerie ? En rentrant à la nuit lourde, les chasseurs n'étaient pas loin de le croire. Et quand ils rentrèrent à Montpellier, le duc ne les reçut guère avec honneur.
Ce fut le troisième jour, triste jour, jour de misère, que le drame se produisit. Elle broutait paisiblement, la biche, dans un pré dégagé quand le duc reparut, avec ses archers à l'affût, ses cavaliers et ses cent quarante chiens qu'il lança tous à la fois. Comme elle eut peur, la pauvrette, comme elle crut venu son dernier jour ! Tout le bois retentissait de cris horribles. Il ne lui fallut rien de moins que toute sa vigueur et son courage pour s'échapper une fois encore. Si elle n'avait été si agile, d'elle c'en eût été fait.
Mais au moment où elle bondissait sur la sente qui menait à son cher ermitage, un chien la suivit, et derrière le chien un archer basque, preste et prompt presque autant qu'elle. Il la vit disparaître dans le fourré et c'est alors qu'il fit un bien mauvais coup. Il lâcha la corde de son arc et le trait s'envola...
L'homme écouta, n'entendit rien. Peut-être un sourd gémissement... pas davantage. Et il repartit en hâte crier au duc : « Seigneur, Seigneur, je sais où est cachée la biche. C'est à peine si un homme peut passer. Venez vite, peut-être y est-elle encore ! »
Quand Flovent eut fait dégager les broussailles et ouvrir la sente à son passage, il arriva avec les siens dans une combe ravissante, dont la beauté leur fut à merveille. C'était comme un verger planté d'arbres à fruits, partout pêches, figues et amandes, qui répandaient une odeur exquise. Sans trop comprendre que ces merveilles puissent mûrir en temps d'Avent, ils approchèrent ses compagnons et lui, vers une cabane de feuillages qui se dressait dans la clairière. Et là, ils trouvèrent un homme exsangue, le visage aussi pâle que les poils de sa barbe, qui avait encore un grand trait d'arc planté dans la poitrine et qui les regardait doucement. A ses pieds était étendue la biche, et il la caressait de la main.
Alors, l’évêque de Montpellier, qui était de la suite du prince, s'écria : « Ah, Duc, ne nous étonnons plus que par deux fois, votre meute ait été bien mise en défaut ! Cette biche est sous la protection de Dieu et de Gilles, qui est le meilleur de ses serviteurs ! Ce serait grand péché que d'y toucher dans la main même de celui à qui elle a été donnée ! »
Aussitôt, s'agenouillant, Flovent s’écria : « Saint ermite Gilles, homme de Dieu, nous ne te voulions aucun mal, à toi ! » « A moi, peut-être, répondit l'ermite, mais à cette douce bête que voici ? Et crois-tu donc que, sur la terre, tu n'aies qu'à pourchasser les bêtes et à leur donner la mort ? Seigneur duc, je te le demande, ne viens plus chasser par ici, ni poursuivre celle qui me nourrit ! »
A ces mots, Flovent fit retour sur lui-même. En entendant le nom de Dieu prononcé par les lèvres d'un saint, il se mit à pleurer. N'était-il pas vrai qu'il ne pensait guère au Seigneur, tout occupé à chasser les bêtes ? Et, ayant fait soigner l'ermite, il s'en retourna tout pensif.
Mais il revint souvent. Le soir, en secret, tout seul, il arrivait le long de la sente silencieuse jusqu'au petit vallon. Chaque fois il apportait quelque présent, que Gilles, doucement, l’obligeait à reprendre. « Que voulez-vous donc, Ermite ? qu'attendez-vous de moi ? » « Tous ces trésors qui ne vous servent de rien pour le salut de votre âme, donnez-les au Christ et c'est lui qui vous les rendra un jour ! » Et le soir où Gilles lui tint ce langage, le duc s'en retourna encore plus pensif. Mais les paroles du saint remuaient son âme et elles y faisaient leur chemin. « Que devrai-je donc faire, saint Ermite, pour que Dieu accepte une offrande ? » « Avec toutes tes terres, et tes bijoux, et ton or, fais construire une abbaye afin qu’un peuple de moines y prie nuit et jour pour toi, tes sujets et la paix de la chrétienté ! » « Je l'accepte, à une condition, que tu sois abbé de ce couvent, auquel je donnerai tout le nécessaire, dortoir, chapitre et bon cellier, hôtellerie et réfectoire, le tout construit en pierre blanche, la meilleure qu'on pourra trouver. »
Il ne fallut pas qu'un soir pour décider l'ermite Gilles. Le souci d'innombrables âmes, comme le porte le Père Abbé, lui paraissait si lourd, si lourd ! Mais tandis qu'il hésitait encore et que, dans sa chère solitude, il se demandait ce que Dieu attendait de lui, voici qu’il sentit sur sa main la douce langue de sa biche. Elle le regarda longuement, puis elle se leva en étirant les pattes et, à pas lents elle s'en alla. A trois reprises le saint 1'appela, mais elle ne tourna même pas la tête.
Et c'est ainsi que l'ermite comprit que le temps de la solitude était pour lui achevé. Et c'est ainsi qu'il accepta l'offre du duc Flovent. Et c'est ainsi que sortit de terre cette abbaye que, sur le moment, on nomma Saint-Pierre, mais qu'aujourd'hui nous appelons Saint-Gilles, en mémoire de l'ermite à la biche et de sa douceur.

http://missel.free.fr/Sanctoral/09/01.php



LES INSCRIPTIONS ICI SONT LES SIGNATURES DES MAITRES D'OEUVRE D'EXCEPTION INITIES A L'ART DE LA SCULPTURE DE FACADES DE CATHEDRALES.... ELLES SE TROUVENT DANS LA VIS.... L'ESCALIER FABULEUX DE PERFECTION DE PIERRE.... EN PHOTO ICI AUSSI.... IL MANQUE AUSSI LA PHOTO DES 4 EVANGELISTES ICI... UNE PIECE MAITRESSE DU LIEU AUSSI....











Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 17:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 5 Oct - 0:36

QUELQUES PHOTOS DU PETIT GILLES BOULHOURS


[/urlx


Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Jeu 30 Mar - 17:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 5 Oct - 0:37

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 5 Oct - 0:39

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 5 Oct - 0:48

Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Ange Gabriel-Dan
Admin
avatar

Messages : 4528
ok ! : 5
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : LORRAINE et BRETAGNE...

MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    Sam 5 Oct - 1:14



STE THERESE   LA VIERGE MARIE   ST GILLES ET SA BICHE


Dernière édition par Ange Gabriel-Dan le Sam 5 Oct - 23:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://notreperenotremere.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-    

Revenir en haut Aller en bas
 
LES APPARITIONS D'ESPIS : LE PETIT GILLES - MAIS, AUSSI UN AUTRE GILLES : ST GILLES DU GARD-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOTREPERE & NOTREMERE :: BLOG :: ******** DETAILS (ne pas tenir compte des publicités trop souvent en rupture avec les sujets ) ********-
Sauter vers: